« C’est une page de l’histoire des Télécoms qui se tourne au profit des nouvelles technologies – STOP – Bon vent et merci à tous nos collègues qui faisaient encore fonctionner ce service – STOP et FIN. » Telles sont les dernières lignes de l’ultime télégramme émis par Orange le 30 avril 2018 à 21h05, 139 ans après la création, en 1879, du service du télégramme français par France Telecom devenu Orange en 2003.

L’évolution technologique du télégramme depuis son 1er envoi en 1844 par l’Américain Samuel Morse, n’a pas permis de faire face à la concurrence qui fut tour à tour le télex, le fax, l’avènement des téléphones portables, les sms et la généralisation de l’utilisation des mails.

En 2005, 900 000 télégrammes ont été envoyés en France. En 2017, ils étaient au nombre de 38 000 soit une baisse de 35% par rapport à 2016. Durant les 4 derniers mois de service, le nombre s’élève à 6 000 ce qui représente une baisse de 67% sur la même période de 2017.
A sa fermeture, le mode d’utilisation des télégrammes, a
ussi appelés « petit bleu » de la couleur du papier sur lequel étaient imprimés les messages, était soit téléphonique – il fallait composer le 36 55 – soit informatique – via des serveurs pour les clients Entreprises.

Les débuts du télégramme ont été marqués par la promulgation des lois du 3 juillet, du 18 et 29 novembre 1850 qui vont alors permettre l’accès à la Correspondance Télégraphique Privée. Extraits :

Art. 1er
Il est permis à toutes personnes dont l’identité est établie de correspondre au moyen du télégraphe électrique de l’État, par l’entremise des fonctionnaires de l’administration télégraphique.

Art. 2
La transmission de la correspondance télégraphique privée est toujours subordonnée aux besoins du service télégraphique de l’État.

Art. 3
Le Directeur du télégraphe peut, dans l’intérêt de l’ordre public et des bonnes mœurs, refuser de transmettre les dépêches.

Art. 4
La correspondance télégraphique privée peut être suspendue par le Gouvernement, soit sur une ou plusieurs lignes séparément, soit sur toutes les lignes à la fois.

Art. 5
Tout fonctionnaire public qui viole le secret de la correspondance télégraphique est puni des peines portées en l’article 187 du Code Pénal.

Art. 6
L’État n’est soumis à aucune responsabilité à raison du service de la correspondance privée par voie télégraphique.

Art. 11
La présente loi recevra son application à partir du 1er mars 1851.