Les chiffres du 1er semestre 2020 du Groupe La Poste sont marqués par le rapprochement entre La Banque Postale et CNP Assurances réalisé en mars 2020, la crise sanitaire et ses conséquences économiques.

Groupe La Poste :

  • Le chiffre d’affaires est en progression de 13,3% à 14,5 milliards d’euros grâce à ses acquisitions (notamment celles de CNP Assurances et du spécialiste italien du colis express BRT). Un recul de 1,1% est constaté à périmètre et taux de change constants.
  • Le résultat net se monte à 2,3 milliards d’euros (+3,6 milliards d’euros d’effet de première comptabilisation des titres CNP Assurances, et -2,2 milliards d’euros d’impact Covid) contre 474 millions d’euros au premier semestre 2019. Sans le produit exceptionnel apporté par les titres CNP Assurances, La Poste aurait accusé une perte nette de 1,2 milliard d’euros sur les 6 premiers mois de l’année.
  • Le résultat d’exploitation a été multiplié par 4,5 à 2,6 milliards d’euros (+3 milliards d’euros d’effet de première comptabilisation des titres CNP Assurances, et -2 milliards d’euros d’impact Covid) contre 572 millions au premier semestre 2019. Sans l’intégration de CNP Assurances, la perte d’exploitation du groupe public atteindrait 419 millions.
  • La dette nette s’élève à 8,5 milliards d’euros contre 6,5 milliards d’euros 6 mois auparavant soit une hausse de 31,4%.

La Banque Postale :

  • Le produit net bancaire a augmenté de 33% à 3,8 milliards, tiré par CNP qui apporte près de 30% du chiffre d’affaires. L’évolution à taux de change constants et sans tenir compte de l’intégration de CNP Assurances serait de -0,7%.
  • Le résultat d’exploitation s’élève à 3,9 milliards d’euros soit +84,2% et à 906 millions d’euros hors incidence de l’apport des titres de CNP Assurances.
  • Les provisions financières pour faire face aux faillites et impayés ont été multipliées par 5 pour atteindre 211 millions d’euros. Sur ce montant, 141 millions correspondent à des pertes attendues et près de 30 millions à des pertes avérées.
  • Après le départ de Rémy WEBER, Président du Directoire de la Banque Postale, l’intérim est assuré par le Secrétaire général, Tony BLANCO.

Branche Services-Courrier-Colis :

  • Le chiffre d’affaires est en baisse de 10% à 5,5 milliards d’euros par rapport à juin 2019. La perte d’exploitation atteint 1,18 milliard d’euros.
  • Suite au confinement, le chiffre d’affaires du courrier traditionnel a diminué en un an de 19,9% soit une perte de 950 millions d’euros. Le recul des volumes des courriers adressés s’élève à 26% sur le semestre.
  • L’activité Colis (Colissimo) enregistre une progression de son chiffre d’affaires de +10,4% à 981 millions d’euros liée à une hausse des volumes de 17,6% ce qui représente 199 millions d’objets distribués.

GeoPost (colis express, dont Chronopost et DPD) :

  • Le e-commerce a permis à Geopost de gagner des parts de marché. Son chiffre d’affaires a progressé de 35,6%, à 5,06 milliards d’euros (en incluant les nouvelles acquisitions). Son résultat d’exploitation grimpe de 82% à 351 millions d’euros par rapport à juin 2019.

Branche Numérique :

  • Le chiffre d’affaires s’établit à 369 millions d’euros, en progression de +8,9%. Après retraitement des effets de périmètre de +67 millions d’euros relatifs aux nouvelles acquisitions, l’évolution est en repli de -11%.
  • La branche Numérique enregistre un résultat d’exploitation de -35 millions d’euros, en baisse de 30 millions d’euros.

Le Réseau :

  • Le Groupe La Poste détient, à fin juin, 17 027 points de contact répartis en 7 708 bureaux de poste et 9 319 partenariats. Le Réseau a réduit ses coûts d’exploitation de 2,5% sur un an.